Détruire un disque dur (méthode simple et peu couteuse)

Dans mon travail, je suis amené à détruire des disques dur qui contiennent des informations confidentielles (+ ou – suivant les cas).

Pourquoi détruire un disque dur ?

Le plus souvent, c’est lorsque nous renouvelons le matériel informatique (ordinateur) d’un client par du neuf. Nous devons alors nous assurer que les données présentes sur les disques durs des anciens ordinateurs ne pourront pas être exploitées par un tiers.

A titre d’exemple, il m’est déjà arrivé plusieurs fois d’acheter du matériel d’occasion sur Internet (pour mes besoins perso), que ce soit sur des sites d’e-commerces spécialisés (des brokers de matériel) ou sur des sites de petite annonce (leboncoin pour ne pas le citer). Et avant d’utiliser réellement le matériel acheté, il m’est arrivé de m’amuser à lancer une récupération des données qui avaient été présente sur le disque dur (cad dans sa précédente vie) via des logiciels spéciaux.

Cela sert vraiment de détruire totalement les données ?

Le résultat a été parfois sidérant : des données personnelles de particulier (fichier excel/word, photos de vacances, etc) jusqu’au données d’entreprises peu regardantes : je pense notamment à un ordinateur où, en récupérant les fichiers effacés, j’avais pu remonter jusqu’à son précédent utilisateur : un magasin dans le sud de la France, faisant partit d’une chaine très connue d’hyper marché. Il y avait la compta, des accords commerciaux, …

Je n’ai jamais cherché à exploiter ses données (je n’ai pas que ça à faire) mais l’expérience me montrait l’importance de détruire correctement les données contenus sur un disque dur d’une entreprise, voir d’un particulier.

C’est ainsi que j’ai développé ma propre méthodologie pour détruire les disques durs : à la fois simple, peu couteuse et (je pense) efficace.

Préambule => il est évident que tout cela peut être dangereux et je ne saurais en être responsable :

  • vous allez perdre toutes vos données (il ne s’agit pas de revendre le disque dur après mais bien de le détruire !!)
  • il est indispensable de porter des EPI lors de la destruction physique du disque dur (lunette de protection, gant, vêtement adéquat, etc)

1/ Destruction logicielle des données :

Pour cela, j’utilise un logiciel spécifique qui permet d’écrire une ou plusieurs fois, des données aléatoires sur tous les secteurs du disque dur.

Par exemple, avec le logiciel CCLEANER et sa fonctionnalité « Drive Wiper ».

Destruction disque dur logicielle

Pour ma part, je fais trois passages sur l’intégralité du disque (suivant la taille et rapidité du disque, cela peut prendre plusieurs heures !!).

Ccleaner se veut tourné vers le particulier donc il est trèss facile d’emploi. D’autres logiciels plus poussés vous permettront de choisir le type de donnée à écrire (la même donnée partout, ou donnée aléatoire avec différents algorithme, …)

2/ Destruction physique du disque dur :

Mais cela ne suffit pas.

Pour des raisons très/trop techniques pour moi : un « bit » est un codage sur le disque en fonction de la polarisation de la couche magnétique du plateau. Suivant la polarisation, la « tête de lecture » détermine si le bit est à 0 ou à 1.
Sauf que la polarisation est interprétée à partir d’un seuil haut (pour le bit à 1) et d’un seuil bas (pour le bit à 0). En fonction des valeurs réelles de la polarisation (le courant/champ magnétique qui traverse le film magnétique), il semblerait que certaines sociétés TRES bien équipées pourraient en déduire la valeur du bit avant son effacement.

J’ai surement bâcler le sujet (voir peut être, fait de grossier raccourcis) mais l’idée c’est qu’une destruction logicielle ne suffit pas !

Donc voilà ma méthode pour cette seconde partie : Je prends un marteau et un burin (voir une pointerolle) et je fais plusieurs trous à différents endroits :

1/ sur la partie supérieure pour casser les plateaux
2/ sur la nappe qui relie la partie commande au moteur de tête (en général, trois connecteurs)
3/ sur la partie commande (le circuit imprimé)

En images :

Destruction disque dur physique

Destruction disque dur physique

Si le travail est bien fait, l’informaticien lambda (moi) ne pourra pas récupérer les données du disque. Éventuellement, il faudra un sacré expert pour recomposer les plateaux (qui sont très fragile) et ainsi tenter de reconstruire les « données » avant le « wype ». Bref, le disque est inutilisable et c’était bien le but.

Ne reste plus qu’à l’emmener dans une filière de recyclage spécialisé.

3/ Il existes pleins d’autres méthodes

Mais elles sont souvent compliquées, chronophage voir dangereuses.

Quelques exemples toutefois :

  • utiliser du matériel de bricolage : meuleuse/disqueuse/perçeuse (c’était ma première idée, mais beaucoup trop dangereux au final)
  • baigner le disque dur dans un bain d’acide (écologie 0% , dangerosité 100%)
  • mettre le disque dur dans un feu (toujours aussi écologique !!)
  • démonter le disque dur, puis les aimants, puis les têtes pour extraire les plateaux afin de les détruire plus facilement qu’avec le burin
  • démonter le disque dur, et le mettre en route puis avec un objet métallique (ou un cuter?) rayer le disque lorsqu’il tourne à haute vitesse
  • démagnétiser les plateaux avec d’énormes aimants (il faudra un sacré aimant… c’est presque un mythe !)
  • ou plus simplement, si vous avez un ami/connaissance dans une casse automobile et qu’ils ont un broyeur de métal (pour broyer les pièces de voitures), il n’y a plus qu’à…

 

Si vous souhaitez partager cet article...Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter